Édition 2018

16h00 - 16h15

Accueil

Le think tank sera animé par Bertrand Lemaire, Rédacteur en chef de CIO France

16h15 - 16h30
  • Introduction par Véronique Torner, Présidente de l’Open CIO Summit et par Noël Cavaliere, Chief Technical Architect - PSA Groupe & VP de l’Open CIO Summit
16h30 - 17h00
  • Stéphane Rousseau, Directeur des systèmes d’information du groupe Eiffage & administrateur du Cigref : Présentation du rapport Cigref "L’open source, une alternative aux grands fournisseurs"
17h00 - 17h30
17h30 - 18h00
18h00 - 18h30
  • Farzad Farid, Senior Infrastructure & Operation Manager - Chauffeur privé : " Quels modèles d’organisation et d’applications pour Kubernetes ? "
19h00

Plan d’accès

L’Open CIO Summit se déroulera au Conseil Régional d’île-de-France, Salon Pierre Charles Krieg. L’accès se fait au 33 Rue Barbet de Jouy - 75007 Paris.

Comment accéder au Conseil Régional d’île-de-France ?

  • EN MÉTRO
    • Saint-François-Xavier (ligne 13)
Noël Cavaliere

Noël Cavaliere

Diplômé de l’Université Pierre et Marie Curie de Paris, après un parcours complet dans les différents métiers de la DSI du Groupe PSA (développement, méthodes, infrastructure), Noël CAVALIERE est aujourd’hui le Chief Technical Architect IT du Groupe.

A ce titre il est chargé d’élaborer la stratégie technique IT du Groupe et d’assurer sa mise en œuvre opérationnelle en pilotant son déploiement. Il est également responsable de l’infrastructure et de l’expertise pour le Data Management : bases de données, Big Data, Data Science, Business Intelligence.

Pour le domaine de l’architecture IT, Noël CAVALIERE a le titre de Maitre-Expert, niveau d’expertise le plus élevé dans le référentiel des carrières techniques du Groupe PSA.

Au-delà de PSA, Noël CAVALIERE est VP du CRIP (Club des Responsables Infrastructure et Production) et VP de l’Open CIO Summit, un Think Tank dédié aux perspectives offertes par l’Open Source sur la gouvernance des systèmes d’information.

Philippe Dewost

Philippe Dewost

Philippe Dewost dirige Leonard, le programme d’innovation, de transformation et de prospective du Groupe VINCI. Il a plus de 20 ans d’expérience de direction dans la « Tech », corporate comme startups, une expertise stratégique des écosystèmes internet et mobile, et du financement en capital-risque. Co-fondateur de Wanadoo, Philippe Dewost a rebâti l’activité terminaux grand public d’Orange France Telecom sur le segment domestique, et dirigé comme CEO à Cambridge (UK) une startup anglaise acquise en 2010 par Apple et dont les technologies de traitement d’images sont utilisées 1/2 milliard de fois chaque jour dans tous les produits Apple. Il a conduit à la Caisse Des Dépôts le volet numérique du Programme d’Investissements d’Avenir, inspiré la « French Tech », et lancé l’initiative de place de la CDC sur la Blockchain. Normalien, ancien EOR Marine, MBA du Collège des Ingénieurs, Ingénieur du Corps des Mines, il est Président d’Honneur du Centre des Hautes Etudes du Cyberespace (CHECy).

Daniel Dure

Daniel Dure

"Normalien, Ingénieur des Mines, Daniel Dure a un parcours de près de 30 ans dans les différents métiers de l’informatique et de l’action publique, suite à une thèse de doctorat en informatique et micro-électronique de l’Université d’Orsay.

Il est Directeur des Systèmes d’Information de Météo France depuis 2015, établissement public conjuguant missions opérationnelles de prévision H24 et modélisation scientifique au plus haut niveau.

En 2017, il co-fonde l’association OcSSIMore, pôle de R&D en sécurité digitale implanté en Toulouse. Réunissant plusieurs entreprises soumises à de fortes contraintes réglementaires en matière de SSI, cette association a pour objectif le développement conjoint de solutions et méthodes permettant de concilier sécurité et nouveaux usages du digital, dans le cadre d’un concept baptisé SafeUX".

Farzad Farid

Farzad Farid

Contributeur et promoteur de Linux et des logiciels libres depuis 25 ans, Farzad Farid a participé aux débuts de l’Internet commercial français (Publicis Technology) puis des premières SS2L (sociétés de services en logiciels libres) françaises (Alcove, Aurora), avant de poursuivre ma carrière dans l’expertise en infrastructure IT et le management technique. Sensible aux apports de l’Agile dans le domaine système, il a contribué à développer la philosophie DevOps en entreprise tout en concevant et maintenant des infrastructures à haute disponibilité et forte tenue en charge comme celle de Chauffeur Privé dont il est Senior Infrastructure & Operation Manager depuis deux ans.

 L'édito de Noël Cavaliere, VP de l'Open CIO Summit

L’édito de Noël Cavaliere, VP de l’Open CIO Summit

La situation de l’Open Source a beaucoup évolué en quelques années. L’observatoire privilégié que constitue notre Open CIO Summit le montre et le confirme, année après année.

Les débats « idéologiques » des débuts, pour ou contre l’Open Source, sont loin derrière nous. Dans la plupart des entreprises ce n’est plus un sujet. L’Open Source s’est inscrit durablement dans le paysage de l’IT. L’adoption des solutions Open Source par les DSI est aujourd’hui très large. Dans tous les domaines où elles pouvaient être utilisées, elles l’ont été, avec une très forte implantation dans l’infrastructure, le développement, les opérations, plus limitée dans le domaine des solutions métiers. Pour un nombre croissant de DSI, les solutions Open Source sont à retenir en priorité et c’est l’usage des produits commerciaux concurrents qui doit être justifié.

Les grands acteurs de l’IT comme Microsoft, IBM et même Oracle affichent aujourd’hui leur contribution à l’Open Source et y contribuent de fait réellement, soit avec des solutions construites sur une base Open Source soit avec un écosystème Open Source autour de leurs produits.

Et maintenant ? Quelle est la suite de l’histoire ?

Après avoir installé sa position dans l’IT, l’Open Source est aujourd’hui en mesure d’accompagner la transformation digitale des entreprises. Celle-ci amène des besoins nouveaux qui mettent en œuvre de nouveaux concepts et de nouvelles architectures : IoT, Big Data, Data Science, Machine Learning, intelligence artificielle, Cloud hybride, API, micro services, DevOps, automatisation. Tous ces nouveaux services sont porteurs d’importants changements et introduisent de nouvelles technologies et de nouvelles compétences.

L’Open Source est présent partout dans ce paysage, avec dans tous les domaines cités, des solutions nombreuses et matures dont plusieurs s’imposent comme des standards. Il est au cœur des réponses de l’IT aux nouveaux défis de la transformation digitale dont il apparait clairement comme un des outils clés et qui ne se fera pas sans sa contribution.

Je peux témoigner que les principales associations et clubs qui réunissent les métiers de l’IT des entreprises ont toutes des groupes de travail qui organisent le partage d’expérience sur la mise en œuvre de solutions Open Source dans les nouveaux domaines de la digitalisation.

Enfin, rappelons que l’Open Source reste plus que jamais un levier de performance économique.

La réduction des coûts de licences logicielles et des coûts de maintenance associés a été une des premières motivations des entreprises à aller vers l’Open Source. Elle reste totalement actuelle. On l’a vu, avec la transformation digitale, les DSI doivent prendre en charge des besoins nouveaux et voient leur périmètre s’accroitre. Dans le même temps, leurs budgets sont stables, souvent en baisse. L’Open Source reste un moyen privilégié – le seul moyen durable peut-être – de se donner des marges de manœuvre financière. A condition, et ce n’est pas toujours simple, de réussir à justifier, financer et monter les projets de désengagement significatif des solutions « éditeurs » concurrentes.

L’histoire continue donc et l’Open Source reste un important levier économique et stratégique. De ce fait, le partage d’expérience des entreprises qui sont engagées dans la transformation digitale en s’appuyant sur l’Open Source, qui est la raison d’être de notre Open CIO Summit, est plus que jamais utile, riche et fécond.

L’édito de Stéphane Rousseau, Directeur des systèmes d’information du groupe Eiffage - Parrain de l’édition 2018

Les DSI ont globalement achevé le déploiement des grands ERP dans leurs entreprises ou organisations et ont mis en place les couches d’infrastructures nécessaires à une gestion efficace de la donnée et des processus de backoffice.

Leur enjeu est maintenant de pouvoir répondre à un business toujours changeant et agile, de s’adapter à la contraction du temps ainsi qu’aux attentes des dirigeants c’est-à-dire l’avènement des technologies numériques à toutes les étapes de la proposition de valeur de l’entreprise et ce, quel que soit son segment de marché.

Les DSI sont ainsi devenues source et lieu de progrès technologiques pour leurs organisations. Et pourtant, la légitimité acquise par ces grands programmes passés risque de s’étioler tant la DSI agit dans un jeu de contraintes croissant, et mouvant : réduction des échelles de temps, contrôle des coûts, compétences humaines raréfiées et versatiles, oligopoles croissants, déséquilibre des relations avec les fournisseurs dont les modèles financiers deviennent insoutenables.

Le salut viendra d’ailleurs que des relations commerciales tendues, du combat du sourcing, du battage marketing ou des « partenariats » qu’agitent les vendeurs. C’est pour cela que l’open source est devenu mainstream au fil des ans. Toutes les entreprises l’utilisent a minima sur les couches de système d’exploitation et elle y est déjà source d’économie, d’innovation.

Depuis plus de 10 ans le Cigref s’intéresse à l’Open Source et les travaux de recherche menés cette année par le groupe de travail que j’ai piloté témoignent que l’Open source est devenu mainstream. Si les conditions spécifiques d’acculturation, de choix de modèle, etc, sont remplies alors elle devient une alternative crédible aux grands fournisseurs.

L’Open Source dans les couches basses a donné pleine satisfaction. L’Open Source devient moteur de progrès : y aurait-il eu DevOps sans Open Source ? Le Cigref continuera ses travaux cette année pour en favoriser l’adoption et inciter les entreprises à faire remonter ces modèles dans les applications métiers. C’est le vœu que je formule à l’ouverture de ce forum.

Bertrand Lemaire

Bertrand Lemaire

Bertrand Lemaire est, plus de quinze ans, journaliste spécialisé dans l’informatique sous un angle de l’usage, d’abord sur Le Monde Informatique puis sur CIO France. Il est aujourd’hui rédacteur en chef de CIO France. Il s’intéresse surtout aux modifications d’organisation et aux transformations sociétales liées aux nouvelles technologies et au management des projets de systèmes d’information. Diplômé de l’Institut d’Administration des Entreprises de Lille, il a débuté sa carrière dans l’implémentation d’outils de gestion, avec paramétrage en fonction des impératifs métiers spécifiques à chaque projet, et formation des personnels concernés. Il co-organise et anime régulièrement des évènements professionnels.

Stéphane Rousseau

Stéphane Rousseau

Stéphane Rousseau est Directeur des systèmes d’information du groupe Eiffage depuis 2014. Il exerçait précédemment cette fonction dans d’autres entreprises du BTP après différents postes de management en IT au sein de grandes entreprises internationales. Il est également administrateur du CIGREF depuis 2017 et dans ce cadre, a piloté un premier groupe de travail sur l’open source comme alternative aux grands fournisseurs, travaux qui continueront en 2019.

Stéphane Rousseau est le VP User du Paris Open Source Summit 2018 et le parrain de l’édition de l’Open CIO Summit 2018.